Plan Santé Bruxellois – Grandir et vivre en bonne santé à Bruxelles

Le Plan Santé Bruxellois donne une vision globale pour la politique de santé à Bruxelles et se concrétise au travers de 44 mesures, construites sur la base des besoins et problématiques rencontrées par les Bruxellois.

Le Plan Santé Bruxellois a été élaboré par les Membres du Collège réuni compétents pour la Politique de la Santé, le Ministre Didier Gosuin et le Ministre Guy Vanhengel, et a été approuvé par le Collège réuni et l’Assemblée réunie de la Commission communautaire commune (Cocom). Il est le résultat d’une large concertation: elle a mobilisé 81 acteurs des secteurs de la Santé (et parmi eux, plus de 300 personnes) au sein de 8 groupes de travail. Le Plan a également été soumis aux organes d’avis, à savoir le Conseil consultatif de la Cocom, le Conseil de gestion d’Iriscare et le Conseil économique et social. L’Observatoire de la Santé et du Social a été impliqué dans l’élaboration du plan et a apporté un soutien scientifique.

La vision globale est fondée sur 7 principes, opérationnalisés en 3 axes, 17 objectifs et 44 mesures. Chaque mesure reprend différentes actions à réaliser sur la période 2019-2025 et des propositions d’évaluation y liées.

Les trois grands axes sont les suivants: enrayer l’augmentation et réduire les inégalités sociales de santé, assurer à chaque Bruxellois un parcours de soins accessible et cohérent en fonction de ses besoins, et améliorer la conduite de la politique de la Santé. Les objectifs que les Ministres, en charge de la Politique de la Santé, ont fixés en lien avec ces trois axes offrent une réponse aux enjeux majeurs de Santé publique à Bruxelles.

Le Plan Santé Bruxellois a, en ce sens, une approche globale de la santé, en intégrant les enjeux liés à la santé physique, sociale et mentale des Bruxellois, une approche où la personne est au centre du système, et une approche qui tient compte du lieu et de la situation de vie de chaque Bruxellois. Il a également pour objectif d’aller au-delà du système de soins stricto sensu, en intégrant par exemple des problématiques liées à la précarité, au logement et à l’emploi qui ont un impact sur la santé.

Télécharger: